Comment calculer une surface en m2 ?

Publié le : 12 mars 202418 mins de lecture

La mesure d’une surface en m² est une opération courante, qui intervient dans de nombreux domaines de la vie quotidienne, qu’il s’agisse de louer ou d’acheter un bien immobilier, d’aménager un espace intérieur ou extérieur, ou encore de dimensionner des installations techniques. Mais comment procéder pour calculer correctement une surface en m² et éviter les erreurs ou approximations ? Cet article propose un guide complet sur les méthodes et les outils à utiliser pour mesurer et calculer une surface en m². Des fondamentaux de la métrologie à l’utilisation des instruments de mesure, en passant par les pièges à éviter et les astuces pratiques, nous vous accompagnons dans cette démarche essentielle pour maîtriser votre projet et optimiser vos ressources.

Plan de l’article

Comment calculer une surface en m2 de son appartement ou de sa maison : les méthodes de base

I. Mesure directe de la surface

La première méthode pour calculer une surface en m² consiste à mesurer directement les dimensions de l’espace à évaluer, en utilisant un mètre ruban ou un laser. Cette méthode est adaptée aux surfaces planes et rectangulaires, telles que les pièces classiques d’un appartement ou d’une maison.

  • Prenez les mesures de largeur et de longueur de la pièce, en partant d’un angle droit et en mesurant à plat, sans tenir compte des aspérités ou des irrégularités du sol. Notez les mesures obtenues avec précision.
  • Multipliez la largeur par la longueur pour obtenir la surface en m². Par exemple, pour une pièce de 4 mètres de large sur 5 mètres de long, la surface est de 20 m².

II. Méthode de la triangulation

Pour les surfaces plus complexes, telles que les pièces biscornues ou les terrains irréguliers, la méthode de la triangulation peut être employée. Cette méthode consiste à diviser la surface en triangles, en traçant des lignes imaginaires entre les angles et les points caractéristiques de la surface.

  • Identifiez les angles et les points caractéristiques de la surface, tels que les coins des murs, les portes, les fenêtres ou les obstacles.
  • Tracez des lignes imaginaires entre ces points, en formant des triangles isocèles ou scalènes.
  • Mesurez les côtés de chaque triangle et calculez leur surface en utilisant la formule : surface = (base x hauteur)/2. Additionnez les surfaces de tous les triangles pour obtenir la surface totale de la surface.

III. Utilisation d’instruments de mesure sophistiqués

Pour les surfaces très grandes ou très complexes, tels que les terrains agricoles, les parkings ou les bâtiments industriels, des instruments de mesure sophistiqués peuvent être utilisés, tels que les drones, les lasers ou les GPS. Ces technologies permettent de mesurer des distances, des surfaces et des volumes avec une grande précision, sans avoir à se déplacer sur l’ensemble de la surface.

  • Louez ou achetez un instrument de mesure sophistiqué adapté à votre surface.
  • Suivez les instructions du fabricant pour configurer et utiliser l’instrument.
  • Collectez les données de mesure et transférez-les sur un ordinateur pour analyse et traitement.

Quelle que soit la méthode utilisée, il est important de vérifier soigneusement les mesures et de corriger les erreurs ou les approximations, afin d’obtenir une surface en m² exacte et fiable. Cette précision est essentielle pour optimiser l’utilisation de l’espace, calculer les coûts de construction ou de rénovation, ou encore pour respecter les normes et les réglementations en vigueur.

Comment calculer une surface en m2 : suivant les différentes formes d’une pièce

I. Comment calculer une surface en m2 : d’une pièce rectangulaire ou carrée

Pour une pièce rectangulaire ou carrée, la surface en m² est calculée en multipliant la longueur par la largeur de la pièce.

Surface = Longueur × Largeur

Exemple : Pour une pièce de 4 mètres de large sur 5 mètres de long, la surface est de 20 m².Comment calculer une surface en m2

II. Comment calculer une surface en m2 : d’une pièce trapézoïdale

Pour une pièce trapézoïdale, la surface en m² est calculée en divisant la somme des longueurs des bases par 2, puis en multipliant le résultat par la hauteur.

Surface = (Base1 + Base2) / 2 × Hauteur

Exemple : Pour une pièce de 4 mètres de base1, 6 mètres de base2 et 3 mètres de hauteur, la surface est de 18 m².

III. Comment calculer une surface en m2 : d’une pièce triangulaire

Pour une pièce triangulaire, la surface en m² est calculée en multipliant la base par la hauteur, puis en divisant le résultat par 2.

Surface = (Base × Hauteur) / 2

Exemple : Pour une pièce de 5 mètres de base et 3 mètres de hauteur, la surface est de 7,5 m².

IV. Comment calculer une surface en m2 : d’une pièce circulaire

Pour une pièce circulaire, la surface en m² est calculée en élevant le rayon au carré, puis en multipliant le résultat par π (pi, environ égal à 3,14159).

Surface = Rayon² × π

Exemple : Pour une pièce de 3 mètres de diamètre (soit un rayon de 1,5 mètre), la surface est de 7,07 m².

V. Comment calculer une surface en m2 : d’une pièce polygonale

Pour une pièce polygonale, la surface en m² est calculée en additionnant les surfaces de chaque côté, en fonction de leur forme (rectangle, trapèze, triangle, cercle, etc.).

Exemple : Pour une pièce hexagonale de 4 mètres de côté, la surface est de 86,6 m² (surface de 6 losanges de 14,42 m² chacun).

VI. Comment calculer une surface en m2 : d’un terrain ou jardin

Pour un terrain ou un jardin, la surface en m² est calculée en mesurant les dimensions du terrain (longueur et largeur), puis en multipliant les deux mesures.

Surface = Longueur × Largeur

Exemple : Pour un terrain de 10 mètres de large sur 20 mètres de long, la surface est de 200 m².

VII. Astuce

Pour vérifier vos calculs, vous pouvez comparer les surfaces obtenues avec des estimations basées sur des critères simples, tels que le nombre de carreaux de revêtement de sol, le nombre de rouleaux de papier peint ou le nombre de boîtes de peinture nécessaires pour couvrir la surface. Si les estimations sont cohérentes, cela confirme la fiabilité de vos calculs. Sinon, il convient de vérifier vos mesures et de corriger les éventuelles erreurs.

Comment calculer une surface en m2 : selon les différentes législations

Comment calculer une surface en m2 : selon la Loi Carrez

La loi Carrez est une réglementation française qui impose la mention de la surface privative d’un lot de copropriété dans les actes de vente. La surface privative, ou surface Carrez, est calculée en excluant certaines parties du logement, telles que les murs, les cloisons, les escaliers, les gaines techniques et les cages d’ascenseur. Voici comment calculer une surface en m² selon la Loi Carrez :

I. Mesurer la longueur et la largeur de chaque pièce

Prenez les mesures de longueur et de largeur de chaque pièce, en partant d’un angle droit et en mesurant à plat, sans tenir compte des aspérités ou des irrégularités du sol. Notez les mesures obtenues avec précision.

II. Appliquer les corrections de surface

Corrigez les mesures en soustrayant les surfaces occupées par les murs, les cloisons, les escaliers, les gaines techniques et les cages d’ascenseur. Ne tenez pas compte des hauteurs sous plafond, des embrasures de portes et de fenêtres, des balcons, des terrasses ou des parties communes.

III. Calculer la surface privative

Calculez la surface privative de chaque pièce en multipliant la longueur par la largeur, après correction. Additionnez les surfaces privatives de toutes les pièces pour obtenir la surface Carrez totale du logement.

IV. Inclure les annexes

Incluez dans le calcul les annexes closes et couverts, tels que les caves, les greniers aménageables, les remises, les garages et les parking boxés, après avoir appliqué les corrections de surface nécessaires.

V. Exclure les parties non privatives

Excluez du calcul les parties non privatives du logement, telles que les balcons, les terrasses, les jardins, les parties communes et les dépendances non closes ou non couvertes.

VI. Vérifier la conformité de la surface Carrez

Vérifiez que la surface Carrez calculée est conforme à la réglementation en vigueur, en veillant à ne pas sous-estimer la surface de plus de 5% par rapport à la surface réelle. Si la surface Carrez est inférieure à la surface réelle de plus de 5%, le vendeur peut être tenu de reverser une partie du prix de vente au nouveau propriétaire.

En suivant ces étapes, vous pouvez calculer une surface en m² selon la Loi Carrez avec précision et fiabilité. Cette information est importante pour les propriétaires de lots de copropriété, car elle permet de garantir la transparence et la sincérité des transactions immobilières, en évitant les litiges et les contentieux avec les acquéreurs.

Comment calculer une surface en m2 : selon la Loi Boutin

La loi Boutin est une réglementation française qui impose la mention de la surface habitable d’un bien immobilier dans les annonces de location. La surface habitable, ou surface Boutin, est calculée en incluant uniquement les espaces fermés, clos et couverts, dédiés au logement ou à l’usage exclusif du locataire. Voici comment calculer une surface en m² selon la Loi Boutin :

I. Mesurer la longueur et la largeur de chaque pièce

Prenez les mesures de longueur et de largeur de chaque pièce, en partant d’un angle droit et en mesurant à plat, sans tenir compte des aspérités ou des irrégularités du sol. Notez les mesures obtenues avec précision.

II. Appliquer les corrections de surface

Corrigez les mesures en excluant les surfaces occupées par les murs, les cloisons, les escaliers, les gaines techniques, les cages d’ascenseur, les embrasures de portes et de fenêtres, les marches et les paliers, les balcons, les terrasses, les jardins, les combles non aménageables, les caves, les sous-sols, les remises, les garages et les parkings boxés.

III. Calculer la surface habitable

Calculez la surface habitable de chaque pièce en multipliant la longueur par la largeur, après correction. Additionnez les surfaces habitable de toutes les pièces pour obtenir la surface Boutin totale du logement.

IV. Inclure les annexes

Incluez dans le calcul les annexes closes et couverts, telles que les greniers aménageables, les loggias et les vérandas, après avoir appliqué les corrections de surface nécessaires.

V. Exclure les parties non habitable

Excluez du calcul les parties non habitable du logement, telles que les combles non aménageables, les caves, les sous-sols, les remises, les garages et les parkings boxés.

VI. Vérifier la conformité de la surface Boutin

Vérifiez que la surface Boutin calculée est conforme à la réglementation en vigueur, en veillant à ne pas sous-estimer la surface de plus de 5% par rapport à la surface réelle. Si la surface Boutin est inférieure à la surface réelle de plus de 5%, le bailleur peut être tenu de reverser une partie du loyer au locataire.

En suivant ces étapes, vous pouvez calculer une surface en m² selon la Loi Boutin avec précision et fiabilité. Cette information est importante pour les propriétaires de biens immobiliers, car elle permet de garantir la transparence et la sincérité des locations, en évitant les litiges et les contentieux avec les locataires.

Comment calculer une surface en m2 : pour la surface pondérée

La surface pondérée est un concept utilisé dans le monde de l’immobilier commercial et professionnel, qui consiste à attribuer un coefficient à chaque partie du bien en fonction de son usage et de sa destination. Cette méthode permet de valoriser les espaces les plus utiles ou les plus nobles, en leur attribuant un poids plus important dans le calcul global de la surface. Voici comment calculer une surface en m² pour la surface pondérée :

I. Mesurer la longueur et la largeur de chaque espace

Prenez les mesures de longueur et de largeur de chaque espace, en partant d’un angle droit et en mesurant à plat, sans tenir compte des aspérités ou des irrégularités du sol. Notez les mesures obtenues avec précision.

II. Attribuer un coefficient à chaque espace

Attribuez un coefficient à chaque espace en fonction de son usage et de sa destination. Ce coefficient peut varier en fonction de la convention ou de l’usage local, mais il est généralement compris entre 1 et 5. Par exemple, un espace de bureau peut avoir un coefficient de 2, while un espace de stockage peut avoir un coefficient de 1.

III. Calculer la surface pondérée de chaque espace

Calculez la surface pondérée de chaque espace en multipliant la surface réelle par le coefficient attribué. Par exemple, pour un espace de bureau de 10 m² avec un coefficient de 2, la surface pondérée est de 20 m².

IV. Additionner les surfaces pondérées de tous les espaces

Additionnez les surfaces pondérées de tous les espaces pour obtenir la surface pondérée totale du bien.

V. Comparer la surface pondérée à la surface réelle

Comparez la surface pondérée à la surface réelle pour évaluer la performance et la productivité du bien. Un ratio élevé entre la surface pondérée et la surface réelle indique que le bien est efficient et bien utilisé, tandis qu’un ratio faible indique que le bien est sous-exploité ou mal conçu.

VI. Optimiser la surface pondérée

Optimisez la surface pondérée en réaménageant ou en rénovant le bien, en fonction des besoins et des usages des occupants. Par exemple, vous pouvez transformer un espace de stockage en espace de bureau, ou inversement, en fonction de l’évolution des activités et des marchés.

En suivant ces étapes, vous pouvez calculer une surface en m² pour la surface pondérée avec précision et fiabilité. Cette information est utile pour les propriétaires de biens immobiliers commerciaux et professionnels, car elle permet d’optimiser l’utilisation des espaces, de maximiser la valeur du bien et de fidéliser les clients et les locataires.

Comment calculer une surface en m2 : pour la surface utile

La surface utile est un indicateur qui mesure la surface totale d’un bâtiment, déduction faite des espaces perdus ou non utilisables, tels que les murs, les cloisons, les escaliers, les gaines techniques, les cages d’ascenseur, les embrasures de portes et de fenêtres, les marches et les paliers, les balcons, les terrasses, les jardins, les combles non aménageables, les caves, les sous-sols, les remises, les garages et les parkings boxés. Voici comment calculer une surface en m² pour la surface utile :

I. Mesurer la longueur et la largeur de chaque espace

Prenez les mesures de longueur et de largeur de chaque espace, en partant d’un angle droit et en mesurant à plat, sans tenir compte des aspérités ou des irrégularités du sol. Notez les mesures obtenues avec précision.

II. Corriger les mesures

Corrigez les mesures en excluant les surfaces occupées par les murs, les cloisons, les escaliers, les gaines techniques, les cages d’ascenseur, les embrasures de portes et de fenêtres, les marches et les paliers, les balcons, les terrasses, les jardins, les combles non aménageables, les caves, les sous-sols, les remises, les garages et les parkings boxés.

III. Calculer la surface utile de chaque espace

Calculez la surface utile de chaque espace en multipliant la longueur par la largeur, après correction. Additionnez les surfaces utiles de toutes les pièces pour obtenir la surface utile totale du bâtiment.

IV. Inclure les annexes

Incluez dans le calcul les annexes closes et couvertes, telles que les greniers aménageables, les loggias et les vérandas, après avoir appliqué les corrections de surface nécessaires.

V. Exclure les parties non utilisables

Excluez du calcul les parties non utilisables du bâtiment, telles que les combles non aménageables, les caves, les sous-sols, les remises, les garages et les parkings boxés.

VI. Comparer la surface utile à la surface réelle

Comparer la surface utile à la surface réelle pour évaluer l’efficience et la rationalité de l’utilisation des espaces dans le bâtiment. Un ratio élevé entre la surface utile et la surface réelle indique que le bâtiment est bien conçu et bien utilisé, tandis qu’un ratio faible indique que le bâtiment est sous-optimal ou mal conçu.

En suivant ces étapes, vous pouvez calculer une surface en m² pour la surface utile avec précision et fiabilité. Cette information est utile pour les architectes, les urbanistes, les promoteurs immobiliers, les gestionnaires de bâtiments et les propriétaires fonciers, car elle permet d’optimiser l’utilisation des espaces, de maximiser la valeur du bâtiment et de satisfaire les besoins des occupants.

Plan du site